La France…Demain?

Darquevadaur

j’ai toujours rêvé d’aller vivre en France…Voilà un coin qui me paraît sympa. Malheureusement introuvable sur Google map!

 

 

Source :

http://www.ufunk.net/jeux-videos/villages-geek/

Le Masque et la plume 1977 ( à propos de Star Wars)

le masque et la plume

Amusant d’écouter les commentaires des journalistes de cette émission de cinéma culte au moment de la sortie du film.

Fanfilm

545686_330414457016762_1992036747_n

545686_330414457016762_1992036747_n

Un fanfilm est un film réalisé par un fan d’une série télévisée, d’un film, d’un jeu vidéo, d’un livre ou d’une bande dessinée à partir du monde imaginé dans l’œuvre qu’il apprécie.

Selon les chercheurs, la production d’œuvres par les fans est aussi ancienne que la production des œuvres auxquelles ils se rapportent, même si cette production a pris différentes formes au fur et à mesure de l’évolution des technologies et de la société.

En matière de fanfilms, c’est l’univers de Star Wars, de George Lucas, qui a le plus inspiré les créateurs. Déjà, en 1977, date de sortie de épisode IV – Un nouvel espoir, on pouvait admirer « Hardware Wars », avec ses grille-pains volants et ses fers à repasser mortels[réf. nécessaire].

Mais l’ère moderne des fanfilms Star Wars commence en 1997 avec Troops, une parodie de la série télévisée « COPS » dans l’univers de Star Wars, montrant des soldats impériaux patrouillant dans le désert de Tatooine, planète vue dans 5 des 6 films Star Wars.[réf. nécessaire]

L’univers de Star Wars, disposant d’une base solide de fans et d’une actualité brûlante avec la sortie des nouveaux épisodes, reste le plus propice à la création d’un fanfilm. Le développement fulgurant d’Internet, la banalisation des ordinateurs puissants et des caméscopes numériques, ont encouragé les fans à se lancer eux-mêmes dans la production d’un fanfilm. Une communauté solide de créateurs s’est formée, repoussant toujours plus loin les limites, améliorant constamment les effets spéciaux pour, dans certains cas, égaler ceux existant dans les films originaux de George Lucas.

Le pic de création se situe entre les sorties en 1999 de Star Wars : épisode I – La Menace fantôme et de Star Wars : épisode II – L’Attaque des clones en 2002. Les fans de tous âges se lancent dans une multitude de projets, du plus simple au plus ambitieux, du plus parodique au plus sérieux, ce qui conduit à envisager les différentes catégories de fanfilms.

Parmi les nombreux fanfilms circulant sur Internet, on peut trouver l’humoristique Store Wars, où les OGM se battent contre les aliments biologiques. Cela donne un court-métrage assez décalé, mais derrière le film se cache une critique de la société de consommation actuelle.[réf. nécessaire]

Parmi les projets les plus ambitieux, en 2006 est sorti JediCrisis, un fanfilm français semi-humoristique, de 35 minutes contenant 250 plans truqués et ayant demandé 5 années de développement.[réf. nécessaire]

En juin 2007, est sorti La Légende d’El Guittarus, court-métrage de 51 minutes rassemblant en un seul film Star Wars, Indiana Jones et Retour vers le futur[réf. nécessaire] ou encore un autre fan film de Star Wars La Nouvelle Menace (fr)[réf. nécessaire] qui a demandé une retouche sur 30 000 images pour créer les sabres laser pour pouvoir réaliser un combat à 6 (avec DarkVador) de près de 5 min sans compter le combat de vaisseaux …

Pendant l’année 2007, l’Ordre Sith, un véritable film, « sortira » sur Internet. Il a été réalisé principalement par quatre fans, mais a bénéficié de la participation de spécialistes en effets spéciaux.[réf. nécessaire]

En dehors des « grosses productions », réunissant en grande partie des adultes, beaucoup d’adolescents se mettent à la production de fanfilms. On trouve alors des effets spéciaux et des scénarios beaucoup moins perfectionnés mais toujours impressionnants.

Source wikipedia : fanfilm

STEVE SCHOFIELD – Land of the Free

179170_3700101294561_782452673_n

179170_3700101294561_782452673_n

-« Qu’est-ce qu’on mange ce soir?  »

Vous voulez en voir d’autres ?  site du photographe anglais Steve Schofield

Star Wars- Uncut

Friends

Des internautes se sont amusés à faire un remake complet de STAR WARS avec un assemblage de vidéos de provenances diverses. Le résultat est visible sur ce lien, sinon en voilà un extrait.

[vimeo http://www.vimeo.com/5897458 w=500&h=338]

Un nouveau genre de réalisateur s’est amusé à faire un remake complet de STAR WARS avec un assemblage de vidéos de provenances diverses réalisées par les internautes. Le résultat est  assez étonnant et visible gratuitement sur Internet via leur site.

http://www.starwarsuncut.com/

sinon en voilà un extrait.

George Lucas abandonne Hollywood

Lucas compte désormais revenir au film d’auteur. Il s’apostrophe lui-même devant le journaliste du New York Times : « Make the art film, George », celui dont il rêvait dans les années 1960, avant Star Wars, « à l’époque où il étudiait à l’école de cinéma de l’université de Californie du Sud (USC), enregistrait des nuages filant au-dessus du désert et tournait un film basé sur un poème d’E. E. Cummings. » Encore une fois, on essaie très fort...

Lire l’article dans sa totalité sur

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/01/19/desepere-george-lucas-abandonne-hollywood/

TRIP TO MATMATA

TUNISIE 17/01/11

Quelques photos de notre voyage à Djerba et Matmata de ce mois de janvier haut en couleurs.

Le retour était assez « chaud », vu la situation politique du pays.
Tension palpable dans les rues, bordel dans les transports officiels, évacuation des touristes, heures de vol chamboulées, files etc..Je n’ai pas osé photographier tout ça, je ne suis pas journaliste et, pour notre sécurité, exhiber son appareil photo ne semblait pas recommandé.

Bref, nous revoilà sains et saufs à Bruxelles avec des images marrantes et une séquence finale à monter…

Je crois que les acteurs et moi-même avons été excellents dans l’improvisation totale!

Merci à tous nos souscripteurs de nous avoir aidé à financer ce voyage et à bientôt pour une fête/projection des rushes qui ne seront pas dans le montage!

Martine

PS: Commentaires bienvenus. Ici ou sur picasa.

TOMORROW#5 : « Quiet Stars Go To Tatooine »

« Quiet Stars vont à Tataouïne »/ « Quiet Stars gaan naar Tatooine »

http://www.myspace.com/quietstarsmusic

« Aller à Tataouïne  » ; Expression populaire. Signifie; Se perdre au bout du monde.

Evolution du scénario initial.

Nouvelle idée pour la scène finale.

1) Alan Blackwell & Star Wars.

D’origine Californienne, né fin des années ’50, Alan Blackwell a passé le casting pour le rôle de Luke skywalker dans Star wars en 1976. Il avait alors 17 ans et jouait des petits rôles dans des séries télévisées.

C’est Mark Hamil que Georges Lucas a finalement choisi pour interpréter le héros intergalactique.

35 ans plus tard, dans ses moments les plus noirs, Alan pense souvent à ce qu’aurait été sa vie s’il avait décroché ce rôle…

Alan Blackwell. San Fransisco, 1976.

2) Fritz & le tourisme cinématographique

Fritz a depuis longtemps le projet de visiter les lieux incroyables vus dans ses films préférés ; Venise ( Mort à venise), Le mont Rushmore ( la mort aux Trousses), la Sierra Nevada en Espagne ( Western Spaghetti)… Pour ne citer que quelques-uns de ces nombreux projets dont il reporte systématiquement la réalisation à plus tard.

3) Synopsis de la scène Finale de « Tomorrow »

A la fin de « Tomorrow », retrouvant Alan en pleine rechute de procrastination, Fritz lui propose d’aller se recueillir à Tatouïne, d’y exercer ensemble l’ultime rituel « anti-procrastination » et d’enfin prendre ce nouveau départ tant espéré.

Tataouïne

Tatooine, ou Tataouïne en français, est une planète désertique de l’univers de la Guerre des étoiles, située à la bordure extérieure de la République. Cette planète n’est en fait qu’un désert, refuge des plus vils brigands de la galaxie.

De Tatooine vient la famille Skywalker, et règne Jabba le Hutt dans son palais.

George Lucas a utilisé l’habitat traditionnel de Tataouine ( Tunisie) sans retouches pour la scène où Anakin Skywalker retourne voir sa mère, craignant l’avènement d’une tempête de sable.


 

 

Luke Skywalker sort de son habitation pour contempler la lune

Article.

Star Wars, Matmata (Tunisie), et l’éternelle question du poids des traditions face à la modernité

 

Situé dans le sud de la Tunisie, Matmata est un village atypique dont la particularité tient à son architecture troglodytique, un condensé d’habitations creusées dans les flancs de la montagne autour d’un large puits circulaire. L’endroit serait sans doute resté une curiosité touristique sans grande visibilité internationale si Georges Lucas n’avait décidé un jour de 1976 de délocaliser une partie du tournage de Star Wars dans ce recoin du Sahara tunisien afin de capter ce qui deviendra un des paysages lunaires les plus célèbres de l’histoire du cinéma.

 

Lieu de tournage récurrent des six épisodes de Star Wars au cours des trente dernières années, Matmata devient Tatooine dans le film, le village d’origine de Luke Skywalker. Depuis, le tourisme a remplacé l’agriculture au rang des activités constituant les sources de revenus de ce village. Les quelques résidents permanents travaillent désormais en tant qu’hôteliers, restaurateurs, vendeurs de souvenirs, guides touristiques ou encore loueurs de chameaux. L’afflux touristique représenterait une moyenne de mille visiteurs quotidiens, induisant une manne financière conséquente. Pourtant, là où les jeunes générations se délectent de cet afflux d’argent gagné facilement, les générations plus anciennes regrettent l’érosion d’une part de leur héritage culturel et de valeurs au profit d’une invasion d’étrangers qui se passionnent pour une série de films que la majorité des autochtones n’a tout simplement jamais vu.

 

Pour plus d’infos, voir l’article complet sur le tourisme cinématographique à l’adresse suivante :

http://www.slate.fr/story/9917/dix-lieux-incontournables-pour-faire-du-tourisme-cinematographique

 

*

La scène finale du film « TOMORROW » aura donc lieu à Tatooine, dans le désert tunisien, en compagnie des principaux personnages du film. Alan, Fritz et les « Quiet Stars ».